Visiter Berlin: que voir, où manger, où sortir

Chaque jour, environ 435 personnes emménagent dans la capitale allemande ; si vous avez la chance de visiter Berlin même pour un week-end de trois jours, vous aurez sûrement envie de les imiter. En effet, pas le temps de s’y ennuyer : pas moins de 175 musées vous attendent, ainsi que 50 théâtres, 4650 restaurants et 190 bars et discothèques ! Que vous préfériez une croisière tranquille sur la Spree suivie d’un brunch ou aller danser dans un des clubs légendaires de Berlin après avoir visité un squat d’artistes, il y en a pour tous les goûts.
Mais Berlin est une très grande ville (environ 8 fois Paris intramuros),il est donc facile de ne pas savoir quoi faire si l’on s’y rend pour quelques jours seulement. Voici donc un petit guide pour vous aider à composer le programme parfait pour vos vacances.

Les incontournables

La liste serait incomplète sans les lieux et monuments incontournables de Berlin ; déambuler le long de l’East Side Gallery, partie du Mur de Berlin décorée de tags et graffitis de nombreux artistes, est un must, tout comme se rendre au pied de la Colonne de la Victoire (Siegessäule) trônant au centre du Tiergarten. Vous pourrez par ailleurs y découvrir une collection étrange de bibelots du monde entier, sûrement ramenés par les employés, dans ce qui fait office de « musée » (c’est plus une boutique de souvenirs étrange). La porte de Brandebourg (Brandenburger Tor), située sur la Parisez Platz et accessoirement symbole de Berlin, est une des étapes de votre voyage que vous ne devriez pas sauter – allez-y de nuit, il y aura moins de monde et les spots orientés sur la porte ne le rendent que plus belle. Pour avoir un panorama à couper le souffle, vous pouvez réserver vos tickets pour monter en haut de la Fernsehturm, vous pourrez même réserver une table au restaurant situé au dernier étage de la tour, pour profiter d’une vue incroyable tout en dégustant des plats typiquement allemands (je parle bien ici de currywurst et tout autre plat à base de saucisse). Cette tour, située sur la mythique place Alexanderplatz, vous fournira l’excuse parfaite pour aller faire un peu de shopping : de grandes enseignes y sont représentées, comme C&A, TKMAXX, New Yorker ou encore Primark (et non loin se trouve le centre commercial Alexa si vous voulez vraiment passer une journée entière à parcourir les échoppes).

Au centre de cette place, l’Horloge Universelle se laisse admirer par des myriades de touristes, et tout comme eux, vous allez sûrement chercher le cadran horaire qui correspond à votre pays, puis demander à la personne qui vous accompagne de prendre une photo de vous devant l’Horloge. D’autres jours, vous aurez la chance d’assister à des spectacles, car les musiciens de rue y sont nombreux et ce spot est le préféré des percussionnistes en tout genre. Et si vous prévoyez de partir en octobre ou pendant le mois de décembre, la place sera couverte de stands divers, que ce soit pour célébrer la fête de la bière ou dans le cadre d’un marché de Noel. Quoiqu’il en soit, si vous avez un petit creux, dirigez-vous vers la station S-Bahn (l’équivalent du RER) et achetez sans hésitation un döner kebab au Pergamon ; si vous voulez vivre comme un Berlinois pendant votre séjour, alors dévorez un kebab au moins trois fois par semaine, non seulement ils sont délicieux, mais un culte leur est presque voué dans la capitale allemande.

Pour les passionnés d’art, de culture et d’histoire

Pour les passionnés d’Histoire, Berlin est la destination de rêve : le Musée historique allemand (Deutsches Historisches Museum) retrace le passé de l’Allemagne depuis le 5ème siècle jusqu’à la fin du 19ème siècle, autant dire que vous pouvez facilement y passer un après-midi entier. N’hésitez pas à faire une pause au café en terrasse du musée : pour les plus gourmands, une large sélection de gâteaux y est proposée. Et si vous êtes chanceux, un accordéoniste se placera de l’autre côté de la voie piétonne et vous pourrez déguster un café en écoutant un remix du dernier tube d’Yvette Horner.

Des musées plus spécifiques parcourent la ville : si vous désirez en apprendre plus sur la culture judéo-allemande et la Shoah, le musée juif de Berlin (Jüdisches Museum Berlin) présente deux mille ans d’Histoire des Juifs en Allemagne, et va de pair avec la nouvelle synagogue (Neue Synagoge), bâtiment historique construit en 1886 ayant connu des destructions durant et après la Seconde Guerre Mondiale, qui contient aujourd’hui le Centrum Judaicum, musée commémorant les Juifs victimes du régime nazi. Un des principaux lieux de mémoire de Berlin sur la Shoah est par ailleurs le Mémorial aux Juifs assassinés d’Europe (Denkmal für die ermordeten Juden Europas), situé vers la porte de Brandebourg, où un labyrinthe de stèles perpétue le souvenir des victimes juives pendant la Shoah- l’ambiance n’y est pas morose pour autant, et vous vous surprendrez sûrement en train de jouer à cache-cache avec vos amis dans la structure.

Pour avoir un aperçu de la Seconde Guerre Mondiale à Berlin, dirigez-vous vers la Topographie de la Terreur (Topographie des Terrors), musée situé sur l’emplacement de l’ancien siège de la Gestapo. Ce centre de documentation et d’information est consacré aux organes répressifs du régime nazi, soit la Gestapo mais également les SS. Vous pourrez aussi visiter l’Église du Souvenir (Gedächtniskirche; cette église, détruite en grande partie lors d’un bombardement du 23 novembre 1943 pendant la Seconde Guerre Mondiale, n’a pas été reconstruite (vous ne pourrez donc voir que le porche, le mur d’enceinte et une tour arrière) en mémoire de la guerre. Elle reste très impressionnante, et la nouvelle église construite à ses côtés vous surprendra : très moderne, son intérieur est très dénudé et vous serez sûrement désarçonné par le Jésus mural qui semble s’ennuyer sérieusement sur sa croix.

Si vous avez cependant un intérêt tout particulier pour l’Allemagne d’après-guerre et le mur de Berlin, le musée de la RDA (DDR Museum) est fait pour vous ! Vous pouvez encore aujourd’hui voir les protections misent autrefois en place pour empêcher les Allemands de traverser le mur au Mémorial du Mur de Berlin (Gedänkstätte Berliner Mauer), ou vous renseigner encore plus au musée du Mur au Checkpoint Charlie (où de sympathiques figurants en tenue de soldats américains vous laisseront prendre une photo avec eux) sur les tentatives d’évasions de Berlinois de l’Est, succès ou échecs.

Si vous vous intéressez plus à l’art et l’architecture, dans ce cas, optez pour l’île aux Musées (Museuminsel), où se regroupent la cathédrale de Berlin (Berliner Dom) ainsi que cinq musées : le musée de Bode (Bode-Museum), regroupant des sculptures du Moyen-Âge à l’Âge Classique, le musée de Pergame (Pergamonmuseum), musée le plus visité d’Allemagne, l’Altesmuseum, regroupant une collection d’œuvres antiques, le Neues Museum, qui expose les collections égyptiennes, et enfin, l’Alte Nationalgalerie, consacré à l’art allemand du 19ème siècle et aux impressionnistes français. Et si vous commencez à fatiguer, achetez une bière au späti du coin (l’équivalent de nos épiceries de nuit mais ouvertes 24h/24 et avec toujours au moins trois frigos remplis de dizaines de bières différentes) et buvez-la tranquillement dans le jardin de l’île ou sur un coin de rive, comme tout Berlinois qui se respecte.

Pour les gourmands

Je l’ai déjà mentionné mais je me dois de le répéter : mangez au moins une fois un döner kebab à Berlin. Il est presque impossible de trouver un döner qui ne soit pas bon dans cette ville, et si vous réussissez cet exploit, dirigez-vous au plus vite vers un autre kebab pour vous rincer la bouche avec un autre döner. Que ce soit pour le lunch ou entre deux bars ou à la sortie d’un club, un döner vous fera toujours du bien.

Vous souhaitez découvrir des plats typiquement allemands, qui sentent bon le chou, la saucisse ou la pomme de terre (la Kartoffelsalat rappellera des souvenirs à n’importe qui ayant choisi Allemand LV2 au collège) ? Alors foncez sans hésiter en direction de Dicke Wirtin (littéralement la grosse aubergiste) pour savourer des spécialités allemandes et berlinoises (ils proposent par exemple de la currywurst accompagnée de salade de pommes de terre, vous trouverez difficilement mieux). Si vous désirez vous rassasier dans une ambiance plus authentique, choisissez le Treffpunkt Berlin : les plats sont tout aussi authentiques, mais vous serez servis dans un Kneipe, l’équivalent allemand du bistrot.

Berlin se targue cependant d’un grand nombre de restaurants qui se spécialisent dans les hamburgers, et ce serait dommage de passer à côté tant ils sont de bonne qualité. La liste est longue et chacun a sa spécialité, mais si vous ne pouvez en tester que quelques-uns, privilégiez the Dudes Deli, Schiller Burger (leurs burgers ont connu tellement de succès que c’est maintenant une petite chaîne de restaurants à Berlin, l’original étant celui situé entre l’arrêt de métro Boddinstraße et l’arrêt Leinestraße), BerlinBurger International –aka BBI, Shiso Burger (burger à influence japonaise), Bun Bao (burger à influence coréenne), j’en passe et des meilleurs. Et si vous ne savez toujours pas lequel choisir, sympathisez avec n’importe quel résident de Berlin entre 20 et 35ans, et il vous conseillera sans hésiter (les personnes vivants à Berlin sont en règle générale extrêmement sympathiques et vous proposerons après deux bières d’aller en club ensemble, donc n’ayez pas peur de parler avec votre voisin de table ou de comptoir).

Berlin a également une très large population végétarienne et végétalienne ; si vous souhaitez découvrir ce mode de vie, rendez vous au bar et restaurant Kopps que vous trouverez dans le quartier Mitte, ou à Lucky Leek, restaurant 100% végétalien de Prenzlauer Berg. Le plus renommé des restaurants végétariens de Berlin restera tout de même le Cookies Cream : les prix y sont plus élevés, mais cela en vaut la peine.

Si vous souhaitez manger quelque chose de léger dans une ambiance décalée, ne cherchez plus, le Blumencafe est fait pour vous. Les brunchs servis sont délicieux, légers et variés, et le décor confortable. Le petit plus de ce café ? Accolé à un fleuriste, vous serez non seulement entourés de plantes, mais entendrez les cris de perroquets qui y sont les résidents permanents ; la boutique entière leur sert de cage, et vous pourrez donc les approcher si vous décidez d’aller jeter un coup d’œil aux fleurs.

S’il fait beau temps, vous pouvez également acheter un mini-kit à barbecue (vendu dans tous les bons supermarchés) et vous faire griller quelques légumes et saucisses à Tempelhof, ancien aéroport réaménagé en parc ouvert à tous. Achetez en passant une Kiste de bières, soit une caisse de 24, la consigne n’est que de 6euros et elles peuvent généralement être rendues dans tous les supermarchés de Berlin (sous condition de redonner toutes les bouteilles de bières vides avec).

Pour les fêtards

Vous avez été gâtés : Berlin est le paradis des fêtards. Bars à cocktails, bars à bières, club de rock, club de techno, festivals, il y a de tout, et en grand nombre ! Soyez cependant prévenus, vous allez sentir le tabac froid en revenant de soirée. En effet, la loi allemande prévoit qu’une salle au moins doit être non-fumeur, mais les propriétaires de bars malins ont trouvé la réplique parfaite : les toilettes sont non-fumeurs. Il existe ainsi bien peu de bars dont le plafond n’est pas couvert pas un épais nuage dès 21h, et certains ferment même les yeux lorsque les clients décident de fumer du cannabis dans les locaux. Asthmatiques, ne vous séparez pas de votre inhalateur !

La liste est encore une fois longue, et en vous baladant dans les rues, vous découvrirez trois nouveaux bars par allée ; si vous voulez cependant avoir une idée précise d’où vous vous dirigez, alors suivez ces recommandations. Pour les amateurs de cocktails très bien exécutés, l’Apotheken Bar fera partie de vos favoris : bar non-fumeur, le propriétaire et barman est très professionnel et composera des cocktails compliqués et minutieux pour votre plus grand plaisir. Le Dachkammer, bar à deux étages, est très agréable et généralement plutôt calme (et aéré, amis asthmatiques, ce bar est pour vous). De temps en temps, des petits concerts y sont organisés, comme par exemple la venue d’un groupe de jazz. Un bar plus typique berlinois serait le Neu! Bar ; assez méconnu des touristes, il n’est jamais trop bondé. Si vous voulez encore plus vous fondre dans la masse des expats, rendez-vous Kottbusser Tor, où se trouvent trois bars « cachés » : aucune enseigne n’est visible, et il faut savoir quelle porte en fer de quel immeuble mène aux bars. Au premier étage, retrouvez le Paloma Bar, bar dansant avec des DJs de qualité les week-ends. Au deuxième étage, le Monarch, bar à cocktails et spiritueux assez chic. Et enfin, vous trouverez en suivant le même procédé le Fahimi bar. Pour vous y rendre, n’ayez pas peur d’ouvrir des grilles d’immeuble ou d’observer les hipsters, c’est encore le moyen le plus sûr de ne pas tâtonner pendant 30 minutes. Si vous voulez jouer au flipper, foncez vers l’Astro-Bar ou le Syndikat ; la particularité du second est d’être un bar socialiste recouvert d’affiches pour des manifestations ou des conférences (les individus y sont deux fois plus sympathiques et les bières à un très bon prix, mais méfiez-vous du flipper, il est plus difficile que ceux se trouvant à l’Astro-Bar). Enfin, pour les amateurs de ping-pong, le Promenaden Eck vous attend avec impatience : pendant la semaine, la salle adjacente se transforme en salle de ping-pong, il suffit de demander aux barmans de vous donner les raquettes et balles. Le week-end, les DJs s’enchainent dans les deux salles et ce bar devient dansant l’espace de deux nuits.

Mais que serait Berlin sans ses clubs ? Tout le monde a rêvé au moins une fois d’entrer au Berghain ou de se trémousser au son du set de Ben Klock. Mais attention aux pièges, ne vous faites pas embarquer dans la première boite à sons venue ! Ainsi, tout club situé à Hackescher Markt est à éviter, car ce sont les seuls clubs qui autorisent les jeunes de 18 ans (généralement, les videurs refuseront l’entrée des clubs aux personnes de moins de 21 ans, donc prenez votre permis de conduire avec vous qu’ils puissent vérifier votre âge, s’ils ont le moindre doute et aucune preuve de votre âge, ils seront en droit de vous dire de partir !). Le Matrix est également à fuir comme la peste  si vous ne voulez pas danser sur du Kesha avec une foule de touristes ayant tout juste 20 ans et complètement ivres !

Bien sûr vous allez tenter d’entrer au Berghain, car qui ne voudrait pas, mais si vous voulez avoir une chance d’y entrer, suivez ces quelques recommandations : ne parlez pas odieusement fort en anglais ou français (ou espagnol, la rumeur veut que les étrangers soient plus souvent rejetés que les Allemands) dans la queue, ne vous y rendez pas par groupe de 10, ne portez pas votre plus belle robe mais plutôt une tenue confortable pour pouvoir danser des heures durant sans vous plaindre de vos pieds ou du matériel de la robe à sequins qui vous gratte… Et priez ! Si vous êtes rejetés le samedi soir, retentez le dimanche matin, vous aurez plus de chances. Mais s’acharner sur une seule boîte est triste au vu de toutes les autres possibilités à Berlin : Keller, Tresor, Chalet, Farbfernseher, Kater Blau, Sisyphos, Golden Gate, zur Wilde Renate, Kosmonaut, Griessmühle… Le choix ne manque pas, et tous sont très bons. Pour regarder la programmation de chacun, vous pouvez vous fier au site residentadvisor (et parfois même y acheter les tickets en avance). La plupart des clubs ferment le samedi après-midi pour rouvrir le samedi soir, mais certains vous permettront de danser non-stop du vendredi soir au lundi matin, à vous de voir si vous pourrez tenir le choc !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s